Member

$45

Non-member

$50

À propos de Vernon Subutex - Tome 1

‘‘ On peut lire un peu partout que la colère de l'écrivaine est intacte. Tant mieux ou tant pis car ce n'est pas ça qui ressort en premier lieu de "Vernon Subutex", sorte de grande Comédie Humaine moderne (nécessaire, vitale) où l'écriture libérée glisse sur le papier pour livrer un regard avisé sur notre société contemporaine. Ce n'est pas de la colère car celle-ci ne serait pas créatrice, mais plutôt castratrice. Disons qu'ici Despentes fait dire à ses personnages tout ce qui ne fonctionne plus aujourd'hui : discours haineux, repli sur soi, désamour, et en même temps ce qui fonctionne encore : retrouvailles, envie d'avancer, amour, solidarité. Et ce glissement qui fait qu'on abandonne sans s'en rendre compte. Il y a plus de personnages détestables qu'adorables (mais sans que la romancière les juge ainsi) dans ce roman lucide qui les montre en bout de course, souvent avec le sentiment d'être passés à côté de leur vie.

Les portraits sont tous reliés à un homme : Vernon Subutex, ex-disquaire qui a laissé filer sa vie tout à coup quand sa boutique a fermé. Il est savoureux ce personnage qui se donne encore le droit d'abandonner les amoureuses de passage qui acceptent de l'héberger. Virginie Despentes fait aller ses personnages sur Facebook sans que ça soit artificiel ou juste là pour faire "moderne", "in", "bien dans son époque", c'est plutôt ici comme un esclavage moderne. Un des personnages jouit par "j'aime" et "commentaire" interposés. Oui, car de sexualité comme de drogue, il est ici question à chaque page, c'est un peu la marque de Despentes, mais ici tout est décrit et raconté avec un tel détachement qu'on ne se retrouve à aucun moment plongé dans la posture. C'est la vie que décrit Despentes, sans artifices, avec ce petit quelque chose qui n'en fait pas un roman banal, mais une vision démesurément avisée. Un écrivain c'est avant tout ça : un fin observateur, un conteur hors pair.

Le portrait le plus intéressant ici reste celui de celle qui se fait appeler "La Hyène" (déjà aperçue dans d'autres romans de Despentes) et déverse, moyennant rémunération, un flot de haine (ou parfois de miellerie, mais c'est plus rare) sur telle ou telle personne/groupe/entreprise. Un pirate du web qui peut détruire une réputation en quatre jours. On se glisse ici dans les interstices, ces moments où le surgissement d'un fantôme du passé (Subutex) qui se retrouve à la rue et quémande quelques jours de répit sur un canapé, fait faire le point sur une vie.

Subutex glisse de lieux en lieux, jamais pour longtemps, jusqu'à la rue. Il y arrive comme il a été expulsé de chez lui : en ayant laissé les choses s'aggraver. De sa place, il observe, la main tendue. Vers quoi ? Un peu de générosité, beaucoup de haine, mais aussi cette impression d'être le roi du monde, fauché certes, en pleine dépossession de soi, mais surplombant la ville où s'agite plein d'âmes que la plume croque avec férocité et humour, en laissant à chacun le soin de donner ses raisons d'agir. Plus que la colère finalement, c'est la rage d'écrire qui demeure intacte (...). Derrière la fracture totale de la société que décrit Despentes, il y a aussi de l'empathie, sans mièvrerie. Palpitant, fourmillant, on a hâte de découvrir la suite de Vernon Subutex et, pourquoi pas, de le croiser à un coin de rue "assis par terre" et de découvrir ses grands yeux bleus … ’’

Source

À propos de Virginie Despentes

‘’ Candidate libre au bac, elle a fait tous les métiers: femme de ménage à Longwy, hôtesse dans un salon de massage à Lyon, pigiste pour des journaux rock et pornographiques, vendeuse au rayon librairie du Virgin Megastore à Paris. Sa chance tourne avec la publication de ses deux romans : Baise moi (1993, Florent Massot) vendu à plus de 40 000 exemplaires puis qu'elle adapte au cinéma, et Les Chiennes savantes (1995). Elle est traduite en plus de dix langues. Son roman "Les jolies choses" (1998) est adapté au cinéma par Gilles Paquet-Brenner, reçoit le Prix de Flore. "Bye-Bye Blondie" paraît en 2004, elle l'adapte et le réalise pour le cinéma avec Béatrice Dalle et Emmanuelle Béart en 2012.

En 2006 sort King Kong Théorie, essai emblématique du nouveau féminisme français.

En 2010, son roman "Apocalypse bébé" (Grasset) reçoit le Prix Renaudot. En 2015, elle publie Vernon Subutex 1 et 2 chez Grasset ; le tome 3 sort en 2017. Vernon Subutex 1 reçoit trois prix en 2015 : le prix Landerneau, le prix Anaïs-Nin et le prix La Coupole. Il fera l'objet d'une adaptation sur petit écran pour Canal Plus.

Elle a été membre du jury du prix Femina en 2015, et membre du jury Goncourt de janvier 2016 à janvier 2020, dont elle a démissionné pour avoir du temps pour écrire.

Source



About Clémence Lucchini

josephine
Clémence earned a Master's degree in Literatures, Cultures, and Languages from the University of Connecticut, where she taught French. After graduation, she wanted to continue teaching the French language and is now delighted to be part of the French Cultural Center / Alliance Française of Boston and Cambridge. In her spare time, Clémence is an avid reader, enjoys translating French poems into English, and kayaking on the Charles River.





Upcoming Events

Wednesday, December 9, 2020 2:00 PM To 3:30 PM

Join Bojana for our last UMUL of the year for an in-depth, online discussion of Un certain M. Piekielny by François-Henri Désérable.

Read More
Monday, December 14, 2020 6:30 PM To 8:00 PM

Members, join us for an educational workshop on interpreting and appreciating various French works of art. Event in French.

Read More
Events

Enjoy a Taste of France for the Holidays

Order your holiday gift package!

From Oct 23, 2020 To Dec 7, 2020

This year we will miss our beloved Marché de Noël but we won’t miss having a taste of France to give as a present, to share with friends and family or to keep for yourself as a well-deserved treat! We have prepared for you a package of hand-selected French delights from some of our local partners.

Read More